Créons ensemble un nouveau projet économique au Vaucluse
 

Michel Bernard
Pourtant resplendissant à plusieurs époques de son histoire... Lire plus

Pourtant resplendissant à plusieurs époques de son histoire, notre département s’enfonce depuis plusieurs décennies dans une baisse lancinante et durable de son activité économique. Avec la régionalisation et l’inaction de ses représentants patronaux, il devient chaque jour un peu plus un territoire périphérique sans dessein. L’institution départementale chargée de porter la voix de l’entreprise connaît, dans le plus grand secret, des crises internes à répétition depuis plusieurs années qui annihilent toute action positive. Elle est aujourd’hui en situation financière périlleuse. Aujourd’hui, les entrepreneurs n’ont plus leur mot à dire dans les choix politiques tant au niveau de leurs groupements de communes, leurs villes, leur Département ou la Région. Pour que le patronat puisse à nouveau faire entendre sa voix, des chefs d’entreprise de tous horizons et des quatre coins du Vaucluse se sont fédérés pour travailler ensemble autour de réflexions pour donner une nouvelle vision à notre territoire. Notre démarche s’appuie d’abord sur un regard objectif de notre situation économique et sociale, nos forces et nos faiblesses, nos opportunités et nos menaces. Ensuite, elle repose sur la réflexion, la concertation, les échanges, la mise en place d’actions d’intelligence collective au bénéfice de la collectivité dans le respect des valeurs entrepreneuriales, libérales et humanistes. RPME veut en finir avec le dévoiement des institutions patronales figées, instrumentalisées au profit d’ambitions personnelles, utilisées comme faire valoir ou réseau d’influence plus ou moins occulte, détournée de leur rôle politique et qui n’apportent, depuis longtemps, plus aucun service aux entreprises. Nous voulons que les chefs d’entreprises qui aspirent à occuper des mandats patronaux puissent se référer à une charte étique élaborée sur la base de nos valeurs. Régulièrement, nous organisons des débats avec des intervenants de renom qui attirent des centaines de décideurs sur des enjeux locaux et nationaux avec le soutien financier de collectivités locales. J’en appelle à chaque chef d’entreprise, quelque soit la taille de son activité, à nous rejoindre pour participer à ce nouvel élan patronal au seul service du développement économique de notre région. Vos idées, votre expérience mais aussi vos problématiques de chef d’entreprise et les solutions que vous préconisez pour améliorer la situation nous intéressent.

Rejoignez-nous.

Michel Bernard.

 

Michel Bernard : Le prochain président de la CCI ?

L’interview qui fait du bruit !


Février 2016 – Vaucluse Hebdo

 

À la tête de l’association RPME (Rassemblement pour la modernité économique), Michel Bernard lorgne de près la succession de François Mariani, président de la CCI de Vaucluse. Numéro 7 d’lnter-Rhône huit années durant, l’habile vigneron s’explique sur ses motivations. Sans langue de bois.

Qui vous a décidé de vous lancer dans la course à la succession de François Mariani, actuel président de la CCI de Vaucluse ? Rappelons que les élections sont programmées en novembre prochain.

A l’issue d’un certain nombre de réunions au sein de RPME, nous avons notamment dégagé les axes et les projets de développement que pourrait porter la CCl. Dès lors, nous avons entamé des discussions avec des fédérations patronales vau- clusiennes qui ont pignon dans l’industrie et l’agroalimentaire afin d’échanger nos idées et considérer ce que I’on pourrait faire ensemble.

La campagne pour la succession de François Mariani promet d’être rude… Vous savez que vous ne serez pas seul sur la ligne de départ. D’autres compétiteurs fourbissent d’ores et déjà leurs armes…

Je dois dire que la présidence de la CCI n’est pas quelque chose qui manque à mon revers de veston. Mais, s’il faut y aller, j’irai ! Toutefois, s’il y a quelqu’un de bien qui se propose, je ne me battrai pas contre lui. Cela étant, mon équipe m’a désigné comme candidat. lls disent que j’ai du « background’… (sourire). Pour autant, je ne veux pas dire que je suis le seul chef d’entreprise capable de prendre demain la succession de François Mariani.

Vous avez contre vous ou face à vous, deux candidats comme Bernard Vergier, président de la CGPME 84 et Jacques Brès, président du Medef 84. Tout deux pèsent leur poids dans le secteur économique vau- clusien. Face à ces deux personnalités, quelles sont vos chances ?

Bien sûr, nous n’avons pas la puissance de feu de ces deux candidats. Mais ma candidature spontanée est en train de faire bouger les choses. Et par rapport à Vergier et Brès, je crois que je suis meilleur. J’estime, par ailleurs, que le Medef n’est pas dignement représenté. D’après ce que j’ai appris, l’UPV (Union patronale de Vaucluse) ne nous paraît pas bien en forme. Les adhérents quittent le navire… La situation financière n’est pas bonne.

Pour en revenir au début de l’entretien, il semble que l’association RPME revête des allures de local de campagne. Comme si cet organisme que vous présidez actuellement vous donnerait l’occasion de faire du lobbying afin de vous préparer aux élections de la CCI ?


Si faire du lobbying, c’est espérer que sa voix porte, alors je dis oui ! Ce que je peux dire encore une fois, c’est que ma candidature a le mérite de faire bouger les choses.

Si demain, vous êtes élu président de la CCI du Vaucluse, quelle sera la première mesure que vous prendrez ?

Avant tout, il s’agira d’écouter et de prendre en compte les attentes des entreprises. Je considère que si l’on veut mettre en place des réformes, des projets, il faut faire en sorte qu’ils soient issus des discussions que l’on a eues avec les entreprises. Quant aux élus, je sais qu’ils sont dans l’attente d’avoir des propositions concrètes.

Êtes vous un homme de droite, ou un homme de gauche ?

Depuis des années, des amis de gauche croient que je suis de droite et des amis de droite croient que je suis de gauche. Personne ne sait où je suis… (sourire). Tout ce que je peux dire, c’est que je suis avant tout et tout simplement un entrepreneur.

Propos recueillis par TF

Téléchargez notre plaquette de présentation

© RPME 2016 www.rpme.fr

 
Responsive WordPress Theme by TrueThemes

Pourquoi choisir RPME

Par les différentes personnalités qui le composent, par de riches parcours professionnels et humains, par la dynamique de ses membres, choisir RPME c’est faire partie de cette solidarité constructive et de ce partage.

Responsive WordPress Theme by TrueThemes

Accéder au réseau RPME

C’est bénéficier à la fois de toutes les compétences de ses membres, de toute la force de son réseau impliqué dans la vie et le développement de ce département. C’est aussi faire vivre un lieu d’échanges et d’opportunités au service de la croissance de ses entreprises.

Responsive WordPress Theme by TrueThemes

Rejoindre RPME

Une oreille attentive et des réponses rapides. L’union d’hommes et de femmes forgés de la même vocation. Parce que les structures conventionnelles existantes nous paraissent désuètes et surannées et que les solutions d’aujourd’hui ne suffisent plus.